Travailler en full remote : le choix d’Étienne Moreau, User Care Expert chez Alan

Chez Alan, on sait y faire en matière d’innovation et de santé ! Ce n’est pas une surprise qu’ils aient voulu s’essayer au full remote. Une décision qui ne se prend pas à la légère, mais qui a attiré de nombreux curieux comme Étienne Moreau, aujourd’hui User Care Expert chez Alan et fort satisfait de ce système.

Le quoi ? Le “full remote” ! Retenons-le bien, car l’expression n’est pas traduite. (L’expression “pleinement isolé” ne lui rendrait malheureusement pas justice 🤷🏼‍♀️.) Le full remote désigne un collaborateur qui travaille d’où il veut, quand il veut.

Auparavant, on parlait déjà des “Digital Nomad” en abordant le concept comme étant un mode de vie choisi, rendu possible par les évolutions technologiques et les changements des méthodes de travail. Aujourd’hui cette pratique se démocratise et rejoint la semaine de 4 jours et l’hybride télétravail comme véritable alternative au salariat traditionnel, ce (vieux) modèle qui consiste à passer ses 35h assis à la chaise de bureau fournie par son employeur dans un bel immeuble vitré-moquette, sans possibilité d’ouvrir la moindre fenêtre.

En France, même si plus de 60% des dirigeants et salariés plébiscitent le travail hybride, peu d’entreprises sautent le pas du full remote. Pour Étienne, il n’y a pas de doute : le full remote répond à un réel besoin. Suite à des soucis de santé répétés dans son ancienne boîte, le full remote lui permet aujourd’hui de prendre soin de lui et de choisir le lieu depuis lequel il veut travailler, tout en bénéficiant d’une situation salariée. Ce mode de travail n’est pas adapté à tout le monde, selon Étienne, c’est un choix qui découle généralement d’un mix de raisons : professionnelles, d’affinités et d’expériences.

Hub-Grade : “Pourquoi avoir fait le choix d’une entreprise en full-remote ?

Étienne :Pour moi, c’est plus facile de se couper du travail en full remote qu’en présentiel ou en hybride. Après avoir été entrepreneur, puis salarié en full présentiel, je ne me reconnaissais plus dans le salariat classique (faire acte de présence au bureau, avoir horaires fixes, faire des déplacements…) C’était dur d’organiser mon emploi du temps comme je le voulais. C’était difficile d’être salarié en présentiel après avoir été entrepreneur et avoir bénéficié d’une bonne flexibilité, j’ai eu envie de retrouver ça. Un choix influencé par ma conjointe, elle-même en full remote depuis 6 ans.

Un élément clé qui prime lors du travail en full remote, c’est la gestion de l’humain. On va évidemment parler de l’onboarding, de l’offboarding et du management dans sa globalité, car lorsqu’on ne travaille jamais sur site, ces trois notions prennent une toute autre dimension.

Comment s’intégrer correctement dans une équipe lorsqu’on est en full remote ?

Selon Étienne, tout le processus d’onboarding est capital pour ce mode de travail. De la lecture de la fiche de poste jusqu’à la prise de fonction effective, c’est ici que les fondations doivent être posées pour permettre au collaborateur d’évoluer dans les meilleures conditions.

Hub-Grade : “Comment bien réussir à s’intégrer à une équipe dans ces conditions ?

Étienne :Chez Alan par exemple, le process de recrutement est long : 1 mois et 5 étapes. On sent que c’est le fruit d’une longue réflexion où rien n’est laissé au hasard. Il est particulièrement bien construit pour l’entreprise et le candidat. Alan pose ensuite un rythme d’intégration vraiment crescendo avec un soutien de 3 personnes volontaires pour t’accompagner. Il y a un coach pour t’aider à grandir dans l’entreprise, un role buddy qui est une personne du même métier que toi pour t’aider à prendre ton poste et poser toutes les questions et enfin un culture buddy, pour t’aider à t’intégrer à la culture). Ça crée une petite équipe de soutien et c’est bluffant car je n’ai jamais eu l’impression d’être isolé.

S’il apparaît clair que l’entreprise doit faire de nombreux efforts de structuration sur l’ensemble du processus et proposer une bonne qualité d’accompagnement des collaborateurs, il ne faut pas oublier que le full remote demande au collaborateur, lui-même, d’adopter une grande rigueur personnelle. Lorsque l’on souhaite adopter ce mode de travail, on doit mettre en place des habitudes quotidiennes : trouver/aménager un espace dédié au travail (un petit poste de travail en coworking, par exemple ?), définir des horaires, établir un suivi méticuleux de ses objectifs, mais aussi affûter ses bons réflexes de communication et transparence avec ses collègues.

Travailler ensemble
© Kobu Agency via Unsplash

Hub-Grade : “Avec tous ces efforts, comment arriver à l’équilibre idéal entre vie pro et vie perso ?

C’est un point souvent sous-estimé et Étienne confie qu’il n’est pas simple de s’y préparer correctement :

Étienne :C’est la chose qui n’est vraiment pas évidente quand on transitionne au full remote. Je n’avais pas suffisamment préparé l’espace pour pouvoir avoir cette coupure claire. C’est difficile aussi dans mon cas car il n’y a pas d’espace de coworking à proximité… Du coup, il faut trouver la bonne formule : combien de temps pour déjeuner, où travailler, quelles plages horaires ? En full remote tu es plus livré à toi-même donc ce sont des choix persos au niveau des horaires, pauses, etc. L’entreprise te fait confiance donc tu as la liberté d’organiser ta journée à peu près comme tu l’entends.

L’équilibre vie pro vie perso est souvent au centre des débats quand on parle des nouveaux modes de travail. Que ce soit le full remote, le travail hybride ou le full présentiel, c’est une quête perpétuelle de l’ordre du développement personnel.

Et à Étienne de conclure : L’équilibre vient du fait de trouver une organisation qui fonctionne pour soi, il n’y a pas de règle absolue. Il est important d’éviter les distractions, de programmer des moments hors du boulot, aller dans des tiers-lieux pour avoir l’aspect social, sans les inconvénients.

Les tiers-lieux, le coworking… Arrivé ici, il apparaît clair que le full remote demande la mise en place d’une machine bien huilée. L’expérience réussie d’Étienne chez Alan fonctionne grâce à une organisation très bien pensée, des process clairs et spécifiques, et une appétence pour le full remote de la part des collaborateurs.

Si d’aventure cette expérience fait des émules parmi nos lecteurs/lectrices, n’hésitez pas à aller consulter notre dernier article sur le fonctionnement du travail en full remote ! Vous y trouverez toutes les informations sur les avantages et inconvénients de ce modèle, et également toutes les clés pour faire une transition réussie.

À la recherche d'un bureau ?

Consultez les annonces d'espaces de travail à louer chez Hub-Grade,
Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email

Ces articles peuvent vous intéresser

Happy - travailleur heureux

Etude : quel type de travailleur êtes-vous ?

Le monde du travail est rempli de profils différents, mais aussi de caractères, personnalités… Et c’est ce qui fait sa richesse, et celle d’une entreprise qui conjugue l’ensemble de ces différences. En plus du caractère unique de chacun, les fonctions exercées nécessitent des points distinctifs, des compétences et des caractéristiques que tous n’ont pas.

Lire l'article »
Bienveillance au travail

La bienveillance au travail : comment faire ?

La bienveillance au travail… Une notion de plus en plus reprise dans les entreprises d’aujourd’hui, mais à quoi peut-elle concrètement correspondre ? Comment peut-on la définir ? Nous sommes dans un contexte séculier où les dirigeants apprennent des erreurs passées, en replaçant notamment l’individu et ses compétences au centre des préoccupations de l’entreprise, pour le stimuler et l’engager davantage.

Lire l'article »