Sport au travail : 6 disciplines à pratiquer régulièrement

Businesspeople stretching

Voilà, c’est fini  ! Les fêtes de fin d’année sont enfin terminées, les résolutions sont prises… Et le travail recommence ! Plus de 29 millions de travailleurs et de professionnels français reprennent la route de leur lieu de travail en fin d’année. Et la majorité d’entre nous a décidé de bien démarrer 2018 en adoptant de nouvelles résolutions.

Sport au travail - L'esprit d'équipe

Et pour beaucoup, qui dit bonnes habitudes dit aussi le besoin de rester actif et en bonne santé. Pour ce faire, rien de tel que la pratique régulière d’un sport au travail ! L’occasion d’une bonne reprise en main, histoire de se remettre en forme après les fêtes puis de continuer sur sa lancée le reste de l’année. Le décrassage, c’est une bonne résolution, comme travailler son endurance, améliorer sa condition physique, sculpter ses abdo, raffermir sa silhouette…

Sortez vos runnings, vos bracelets éponge et les haltères, on parle aujourd’hui du sport au travail !

La pratique d’un sport au travail : où en sommes-nous en France ?

État des lieux du sport au travail en France

Alors que même les institutions officielles (ex : OMS), le gouvernement ou alors les grands groupes comme Google préconisent la pratique d’un sport au travail en France… La réalité est toute autre.

Aujourd’hui en France,

“le sport au travail, on en parle davantage qu’on ne le pratique !”

Sport au travail - Qu'en est-il en France ?

C’est ce que relève Julien Pierre, auteur d’ouvrages sur le sport en entreprise et maître-conférencier lors d’une interview sur MyHappyJob.

Si on peut déceler un cynisme non dissimulé derrière cette déclaration, les faits n’en sont pas moins vrais. Uniquement 1,3 million de travailleurs français s’adonnent à la pratique régulière d’un sport au travail selon des enquêtes, au moins une fois par semaine. (en baisse de 5% depuis 2009). Deux solutions pour eux : la pratique en autonomie ou le recours à un club d’entreprise (il y en a 8 000 sur le territoire français).

Pourquoi si peu de pratiquants ?

Les freins relevés parmi les travailleurs français justifient ces chiffres si peu élevés : manque de temps, manque d’infrastructures, difficultés d’organisation, coûts élevés, une peine à concilier sport et travail…

La raison peut aussi se trouver dans le fait qu’en France, on manque véritablement d’information sur les bienfaits qu’engendrent le sport.

Mais il est aussi important de noter que les entreprises sont aussi quelque peu “fautives” de ce manque d’engouement.

Dans l’hexagone, elles ne sont que 7% à inciter les employés à pratiquer un sport, comme le relève une infographie montée par Decathlon Pro.

Sport au travail - Si peu d'entreprises le recommandent...

Cependant, toujours selon l’étude réalisée par Decathlon Pro, 78% des répondants seraient favorables à la pratique régulière d’une activité si toutes les conditions étaient réunies. La Fédération Française du Sport en Entreprise a encore du chemin…

Les bienfaits du sport au travail

Comme le prouvent un bon nombre d’études, d’expériences et d’enquêtes, les bienfaits du sport au travail sont multiples. Santé, psychologie, productivité… Beaucoup de choses se soignent et s’améliorent par la pratique régulière d’une activité physique, même légère.

Amélioration de la QVT

Le sport en général a pour vertu de maintenir l’individu en activité et en bonne santé morale et physique. Plaisir, bien-être (libération d’hormones), longévité…

Ceci s’applique également très bien dans le cadre professionnel, notamment en vue d’améliorer la Qualité de Vie au Travail (QVT).

Sport au travail - Et la QVT ?

Pour rappel, celle-ci est le développement, pour le salarié, de conditions de travail appropriées, dans lesquelles il pourra s’exprimer et agir.

Le sport au travail comprend les dimensions de bien-être : l’employé est ainsi stimulé, cultive un bien-être et un plaisir dans la pratique.

Maintien de l’intégrité physique

Autre réalité : 80% des travailleurs sont sédentaires et statiques sur leur lieu de travail. V. Chriqui, DG du CAS souligne même que “l’activité physique de l’individu se réduit dès lors que celui-ci entre dans la vie professionnelle”.

Être maintenu en position assise pendant des heures n’est pas bon pour la santé.

Sport au travail - Maintenir une intégrité physique

Au contraire, la mobilité est fortement encouragée. Les pratiques sportives le permettent justement, en plus de lutter contre des maux tels que les TMS (troubles musculosquelettiques).

Le professionnel pourra ainsi se remettre en forme, faire travailler son corps entier et répondre encore plus présent aux challenges et attendus de son entreprise.

Les vertus psychologiques du sport

Le sport comporte également des vertus psychologiques avérées.

Il comporte des vertus sociales, en rapprochant les individus d’un même groupe (ici d’une entreprise), permet de lutter contre l’isolement (intégration d’un nouveau membre…) et relaxe l’individu.

Après une semaine éreintante, pratiquer un sport s’avère être un véritable atout.

Sport au travail - Les vertus psychologiques du sport

Enfin, autre élément important que les entreprises ont remarqué : le sport au travail participe activement à l’augmentation de la productivité, l’amélioration de la cohésion d’ensemble, de l’esprit d’équipe et du sentiment d’appartenance. Il participe aussi à la réduction du turnover et de l’absentéisme.

En bref, le sport au travail rend plus productif. Un professionnel relaxé par le sport, c’est un collaborateur plus efficace, présent et plus appliqué.

Le sport au travail, véhicule d’une éthique

Jusqu’ici, les bienfaits sont plutôt en direction des collaborateurs. Néanmoins, ils n’en sont pas les seuls bénéficiaires.

Le sport au travail et l'éthique

En dehors des bénéfices indirects (masse salariale motivée, productivité et performances accrues…), une entreprise qui incite ses salariés à la pratique d’un sport véhicule un bon message à la société. Entre éthique, dynamisme, modernité, entreprise où il fait bon travailler… Le sport au travail est une bonne publicité.

D’ailleurs, les jeunes profils sur le marché du travail sont friands de conditions de travail rendant possible la pratique d’un sport avec leur emploi.

La question qui se pose désormais, c’est : “Quel sport pratiquer ?”.  

 

Quel genre de sport pratiquer ?

Sport au travail : que choisir ?

(Hub-Grade ne va pas vous l’apprendre…)

Il existe un grand nombre de disciplines sportives, et le professionnel peut avoir l’embarras du choix. Entre sports individuels et collectifs, le tout est de le pratiquer à des doses raisonnables, donc en vue d’améliorer son efficacité, sa productivité et sa concentration. En voici quelques uns.

LES SPORTS COLLECTIFS : entre collaborateurs pour se motiver, se détendre et s’entendre

Les sports collectifs sont en général adéquats pour renforcer l’esprit d’équipe et faire adhérer encore plus les salariés à la culture d’entreprise. D’ailleurs certains espaces de coworking l’ont compris et n’hésitent pas à organiser dans leurs espaces des cours de sport collectifs ou même à y intégrer des salles de sport.

1 – Sports de ballon : football, rugby, basketball, handball…

Les sports de ballon sont les plus populaires.

Le plus démocratisé de la planète, le football, est pratiqué par un grand nombre de travailleurs encore aujourd’hui. Les plus fervents d’entre eux n’hésitent pas à s’inscrire en clubs amateurs, afin de pratiquer à un niveau supérieur mais pas moins stimulant. À la clé, un plaisir accru, des capacités physiques développées… Et au mieux (selon le niveau du club), un petit tour en Coupe de France 😉

Sport au travail : les sports d'équipe, le football

Le rugby, le basketball et le handball sont aussi des sports régulièrement pratiqués et cités par les travailleurs. Organiser des matchs les soirs de semaine de façon régulière permet aussi de développement l’entente et la cohésion d’équipe.

2 – Les sports de raquette

Autre type de sport populaire pour les vertus relaxantes, de musculation et de concentration : les sports de raquette comme le tennis (bien que les endroits pour le pratiquer ne soient pas légion), mais aussi le badminton, le ping-pong ou le squash…

Sport au travail : les sports de raquette

Ndlr : Et là, bien sûr, on a tous un joueur de badminton ou de squash en tête.

Ces sports nécessitent une concentration optimale, des réflexes aiguisés et font constamment déplacer le joueur. Idéal pour un décrassage après une rude journée ou  en pause dej.

3 – Populaires et prisés : le Yoga ou la Zumba ou le Fitness

Reconnu pour sa relaxation et le bien-être qu’il procure, le yoga a gagné un grand succès en France au fur et à mesure des années.

De plus en plus d’adhérents, des exercices à pratiquer, des niveaux adaptés, des vertus déstressantes, une relative accessibilité… Le yoga au travail est très prisé. La presse et les magazines (pour la plupart féminin) se montrent dithyrambiques sur les effets du yoga.

Sport au travail : le fitness

De plus en plus d’entreprises accueillent des professionnels, venant animer des ateliers de yoga au travail. Entre sport et art de vivre, il fédère ainsi une communauté et son nombre d’adhérents grossit année après année.

La zumba s’avère être son complet opposé… Pour rappel, la zumba (esp. “bouger vite et s’amuser”) est une méthode de fitness, alliant danse et exercices physiques sur une musique rythmée, de type latine. Le but : brûler des calories, rester en forme, se dépenser et se défouler.

Très prisé aussi par la gente féminine, c’est un moyen idéal de décompresser, mais aussi de fédérer une communauté.

Enfin, même principe que pour le yoga : le fitness est une solution. Avant d’en faire en salle, avec des machines, il est tout à fait possible d’en faire dans l’espace de travailExercices de musculation, gainage, avant les burpees, squats, crunchs, push-ups, séries d’abdos, tractions…

LES SPORTS INDIVIDUELS : maintenir la condition physique

4 – La course à pied

Sport au travail : le running, la course à pied

Exemple phare, auquel s’adonnent de plus en plus de professionnels : le running. Son accessibilité, sa simplicité et sa popularité en font un sport apprécié. Nul besoin d’équipement, ni d’horaires précises : la course à pied se pratique à toute heure de la journée. Avant de commencer le travail ou en y allant, en pause midi…

Les bénéfices sont nombreux : moins de maladies, de stress et d’anxiété, perte de graisses, renforcement du système immunitaire, endurance, musculation, bonne circulation sanguine, amélioration du mental, capacité de concentration accrue…

Selon une étude,

Les personnes qui pratiquent une activité physique très régulière diminuent de 30 à 50% le risque de faire un accident cardio-vasculaire.”

On assiste depuis quelques années à une recrudescence du nombre de coureurs, notamment lors d’évènements notoires comme les marathons et courses organisées par les municipalités… Le Run In Lyon, le Marathon de Paris, la Spartan Race (un peu plus extrême), le Color Me Rad (un peu plus fun…) en sont d’illustres exemples. Les plus vaillants tentent leurs chances à l’étranger : Marathon de New York.

5 – Les sports nautiques : la natation

Autre sport maintenant cette condition physique : la natation. Bien entendu, nager au bureau s’avère un peu compliqué.

Sport au travail : la natation

La natation après le travail s’avère être un excellent moyen de décompression. Elle permet également de muscler l’ensemble du corps, de se relaxer avant (ou après) la journée et de se concentrer. Elle développe également l’endurance et la condition physique.

6 – Sports de combats : le défouloir par excellence

Le sport de combat et les arts martiaux sont des disciplines reconnues. Ils permettent l’amélioration de la condition physique, la concentration, l’évacuation de la pression… Mais aussi la rigueur, la discipline, la confiance et le contrôle de soi.

Sport au travail : les disciplines de combat

Les disciplines sont très nombreuses : boxe (anglaise, française, muay thaï…), taekwondo, krav maga, karaté, judo, full contact, kung-fu, aikido, jiu-jitsu…

À condition de bien se protéger (et rester bienveillant envers son entreprise) et de s’équiper pour ne pas se blesser, les bienfaits peuvent être nombreux.

READY ? SET ? GOOOO !

via GIPHY