⚡️ Covid-19 : nous sommes là pour vous accompagner dans la gestion de vos locaux et la recherche d’immobilier flexible pour votre entreprise – Contactez-nous : 04 74 26 69 09 !

Le financement participatif et l’immobilier : on vous dit tout !

Plus qu’un sujet d’actualité… Le financement participatif appelé aussi « crowdfunding » est bien installé dans notre société de consommation. On le retrouve dans diverses domaines (humanitaire, entrepreneuriat, scolarité…). Il revêt différentes formes (don avec ou sans contreparties, prise de participations, prêt). Dans ce vaste secteur qu’est le financement participatif, nous avons choisi de vous parler du crowdfunding appliqué à l’immobilier.

La genèse du financement participatif ou du crowdfunding

Le financement participatif est né bien avant internet, le web a juste permis de le contextualiser et de développer des process en ligne pour simplifier la démarche. Il permet de rassembler un nombre important de « donateurs ou investisseurs » autour d’un projet dans le but d’y apporter un soutien financier.

Le crowdfunding immobilier

L’investissement participatif dans l’immobilier reprend la genèse du crowdfunding en l’appliquant à deux thématiques, l’investissement sous forme de prêt dans la construction de logements neufs et l’investissement dans l’immobilier locatif neuf ou ancien dans le but de percevoir des revenus fonciers ou de réduire ses impôts en défiscalisant via la dispositifs en vigueur (Pinel, déficit foncier…).
Le crowdfunding appliqué à l’immobilier vise à soutenir la construction de logements et faciliter l’investissement dans le locatif grâce à un faible ticket d’entrée.

Les attentes des investisseurs

13 millions de Français souhaitent investir dans l’immobilier mais seulement 3 millions passent à l’action. Cela est dû à divers freins qui influencent le comportement et la décision de ces 10 millions d’investisseurs découragés. Parmi lesquels :

  • Un ticket d’entrée trop élevé
  • Un manque de compétences
  • Un manque de temps

L’investissement participatif tente d’apporter des réponses à ces freins tout en nouant des partenariats avec de grands groupes comme Vinci immobilier, BNP Real Estate…

Le crowdfunding immobilier sous forme de prêt

Lorsqu’un promoteur immobilier lance un projet de construction, il ouvre une ligne de crédit et apporte en contrepartie comme dans tout emprunt un apport. C’est dans ce schéma que l’investissement participatif intervient, les investisseurs « particuliers » vont consolider ou se substituer à l’apport du promoteur. Le capital prêté par les investisseurs au promoteur sera rémunéré est redistribué une fois le programme commercialisé.
L’avantage principal du crowdfunding « prêt promoteur » est son retour rapide sur investissement. En revanche, si le promoteur immobilier est défaillant ou que des lots n’ont pas trouvé preneur, la rentabilité sera impactée et dans le pire des cas, le capital prêté peut être perdu.

Le financement participatif dans l’immobilier locatif

Le financement participatif dans l’immobilier locatif propose d’acheter à plusieurs un bien immobilier pour réduire le coût initial d’acquisition et a pour but de se partager les revenus fonciers au prorata de son investissement. Cette branche de crowdfunding s’inscrit dans une philosophie d’investissement à moyen / long terme.
L’avantage principal est de pouvoir accéder à l’investissement dans la pierre « à moindre frais ». Mais aussi de pouvoir se construire un patrimoine en diversifiant ses investissements. L’inconvénient est la difficulté à revendre ses parts plutôt qu’un bien dans sa totalité. Bien qu’une plateforme Dividom propose à ses investisseurs un marché secondaire pour revendre ses parts à ses co-investisseurs puis à la plateforme directement si les parts n’ont pas trouvé preneur, ce qui assure à l’investisseur de pouvoir sortir facilement de son investissement.

Le marché du crowdfunding immobilier

Aujourd’hui, le marché de l’investissement participatif est en plein essor. D’après l’étude menée par Massolution et intitulée « Crowdfunding industry report », la taille du marché à l’échelle mondial du secteur a atteint pour l’année 2,57 milliards de dollars, soit +150% par rapport à l’année précédente. Les Français affectionnent l’investissement immobilier car il revêt un caractère rassurant. Le crowdfunding l’a bien compris en proposant des solutions alternatives aux livrets et comptes d’épargne trop peu rémunérateurs.

Ce qu’il faut retenir :

Ainsi donc, il existe 2 branches de crowdfunding dans l’immobilier :

  • Le prêt rémunéré à un promoteur pour un retour rapide sur investissement.
  • L’investissement immobilier locatif pour se construire un patrimoine, défiscaliser, percevoir des revenus locatifs.

S'abonner à la newsletter

À la recherche d'un bureau ?

Consultez les annonces d'espaces de travail à louer chez Hub-Grade, agent immobilier digital
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

Ces articles peuvent vous intéresser

Le bureau du futur

La voiture : bureau du futur ?

L’évolution de notre société et des attentes des jeunes actifs font que nous réinventons constamment nos espaces de travail. Du bureau fixe, aux espaces de coworking en passant par la colocation d’entreprises, les open-spaces ou encore le home-office : l’espace de travail grâce à la technologie s’est constamment réinventé afin de répondre au maximum à nos besoins.

Lire l'article »

Tout savoir sur le préavis locatif, en immobilier d’entreprise

Le préavis locatif, connu également sous l’appellation «congé», revêt au sein du droit immobilier une importance significative.
Or et malgré son apparente simplicité, respecter une procédure de résiliation d’un contrat de location peut s’avérer complexe et ce, en raison du manque d’intelligibilité des règles relatives au préavis locatif.

Lire l'article »
Loi pinel © Mikhail Pavstyuk - Unsplash

Les apports de la loi Pinel

La loi « Pinel » en date du 18 juin 2014 réforme les dispositions relatives aux contrats de bail commercial et dérogatoire.
Par ces modifications législatives successives,  le législateur poursuit sa volonté non équivoque de protéger la partie faible au contrat. En l’occurrence, le locataire.

Lire l'article »

La cotisation foncières des entreprises

La cotisation foncière des entreprises, connue également sous son célèbre acronyme « CFE » fait partie intégrante de la contribution économique territoriale, laquelle remplace la taxe professionnelle sur les équipements et biens mobiliers.
La contribution économique territoriale est composée de la Cotisation foncière des entreprises et celle sur la valeur ajoutée (CVAE).

Lire l'article »