Occupation des locaux à optimiser selon l’évolution de l’activité, ambiance de travail à (re)dynamiser… Dans bien des cas, le partage de vos bureaux apportera à votre entreprise de nombreux bénéfices.

Attentives à la mutation de l’organisation du travail qui rend les employés plus nomades, les “déspatialise” et leur fait gagner en souplesse, de plus en plus de PME choisissent d’investir le modèle du coworking en ouvrant leurs portes à ces nouveaux travailleurs. « Le partage des espaces de travail présente trois avantages : diviser les frais entre les colocataires, apporter de la flexibilité quand on est soumis à un bail 3/6/9 et susciter de vraies synergies business entre les coworkers », détaille Clément Alteresco, cofondateur de Bureaux à Partager (BAP), une plateforme qui permet de proposer bureaux, postes de travail ou salles de réunion à des entrepreneurs en demande. Les profils des “loueurs” révèlent une pratique multiforme: des sociétés disposant de mètres carrés inexploités, d’autres qui font face à une réduction d’activité, d’autres encore qui anticipent une croissance mais qui ont besoin, d’ici là, d’optimiser l’espace… sans compter les partisans de l’énergie collective et des pratiques collaboratives, comme Bertrand Rosé, dirigeant de PME qui a créé à Paris, sous la bannière Le Trèfle, quatre espaces de coworking dédiés aux start-up innovantes.

La cohabitation peut se limiter à un partage de l’espace et des services (connexion internet, café, cuisine, parking, photocopieuse, accueil téléphonique, etc.) sans que vous soyez tenu d’animer la vie de bureau outre mesure. La plupart des locataires sont simplement à la recherche d’un lieu où poser leurs cartons, dans un marché de l’immobilier où il n’est pas évident de trouver quelques dizaines de mètres carrés pour son équipe. « 80% de notre demande concerne des bureaux fermés, car de nombreuses TPE ont besoin de leur propre espace et ne seraient pas à leur place dans un coworking ouvert », relève d’ailleurs Brieuc Oger, fondateur d’Hub-Grade, un site de location d’espaces de travail entre professionnels basé à Lyon.

Hub-Grade facilite la location de bureaux entre entreprises

Interactions. Ceci dit, favoriser les inter- actions ne peut que vous être profitable. N’hésitez pas à aménager des lieux et des moments où l’on s’arrête pour échanger, où la rencontre et la convivialité sont encouragées. Clément Alteresco (BAP) : « Le contact se noue simplement, autour d’un café ou dans la cuisine commune. Nous avons observé que la moitié des sociétés finissent par travailler ensemble d’une façon ou d’une autre, car au-delà des bureaux, on partage des expertises, on brasse des compétences. » Côtoyer des interlocuteurs aux par- cours différents du vôtre favorise naturellement l’émulation, donne accès à des points de vue et des ressources nouvelles, à des réseaux utiles… bref, impacte votre manière d’entreprendre. Chez GuestToGuest, qui partage ses locaux depuis son installation, les “apéritech” rassemblant les développeurs de tout le bâtiment ou les déjeuners à plusieurs sont l’occasion de dé- battre des problématiques des uns et des autres ; les tournois sportifs favorisent les rapprochements et stimulent la bonne entente. « Le nombre de personnes avec lesquelles vous avez des atomes crochus augmente mathématiquement ; c’est très intéressant, pour l’ambiance générale comme pour votre développement professionnel », confirme Emmanuel Arnaud, fondateur de la PME.

Précautions. Pour que la magie opère, ne négligez pas les aspects pratiques et légaux relatifs à l’accueil de cotravailleurs. Hub-Grade comme Bureaux à Partager conseillent d’informer le propriétaire de vos intentions. La plupart des entreprises rédigent un contrat de prestation de services comprenant l’accès aux espaces de travail meublés, la fourniture de consommables, le partage des infrastructures, etc.

Benoît Boussier, avocat en droit immobilier associé du cabinet Delsol, met toutefois en garde contre le risque de non-renouvellement de votre bail : « Il s’agit en fait de sous-louer une partie de ses bureaux. Or, les baux commerciaux contiennent une interdiction de principe de la sous-location. On peut toutefois y déroger avec l’autorisation du bail- leur et l’ajout d’une clause au contrat. » En outre, vous restez seul responsable du respect des clauses du bail comme des réglementations professionnelles en vigueur. Pour les entreprises de plus de 50 salariés, consultez votre CHSCT et instaurez a minima un règlement intérieur ou une charte commune, pour que le partage de vos locaux se vive le mieux possible pour tous les occupants.

Pour suivre toute l’actualité de Hub-Grade: TwitterFacebookLinkedIn