Les 6 conseils pour gérer la reprise du travail

Voici venu le teeemmpppss… de reprendre le travail.

via GIPHY
 

Fini les vacances, les réjouissances… (Normalement), vous avez pu reprendre le chemin des bureaux et la routine là où vous l’avez laissée. En espérant que vous ayez pris de (bonnes, méritées et reposantes) vacances, vous voici (tout comme nous) dans les starting blocks pour reprendre le travail, dans les meilleures conditions possibles. Dans la joie et la bonne humeur…

Non, ce n’est pas toujours facile lorsque l’on se retrouve face à une masse de travail importante, préfigurant l’accélération économique qui accompagne toujours les débuts d’années ou encore la période de rentrée de septembre… L’idée étant surtout d’éviter le coup de blues ou le sentiment de ne pas être capable de faire face à une telle de charge.

Cher lecteur… L’enjeu est considérable. Après Noël et le réveillon du jour de l’an, tu te sens un peu comme le dernier épisode de Star Wars (le 8… et même le 7 d’ailleurs) : nul, pas à la hauteur, submergé…

Pas de panique, personne ne te clouera au pilori grâce à nos techniques infaillibles. La Force est avec toi.

Le Français n’est pas un padawan des vacances…

Les vacances… Ce temps privilégié par les travailleurs du monde entier pour s’oxygéner l’esprit et reprendre dans les meilleures conditions. En France, les vacances représentent un Graal que certains rechignent pourtant à saisir. Un manque à gagner important quand on connait les effets des vacances, des congés ou des jours de repos sur les performances de l’entreprise, la productivité et la QVT / bien-être au travail.

Reprise du travail : les Français loin derrière

Prendre des vacances, c’est donc :

  • d’une importance capitale pour préserver sa productivité tout au long de l’année ;
  • essentiel pour pouvoir bien se reposer ;
  • primordial pour casser la routine ;
  • ou encore lutter contre le présentéisme (un mal encore trop connu en France) et d’autres maux professionnels (réunionite, burn-out, bore-out…) ;
  • se prémunir de contrecoups physiques, physiologiques et psychologiques.

Les Français, champions du monde de la prise de congés

Le français face aux vacances, c’est Palpatine : il a tout mais il s’en sert mal. Une étude réalisée en 2013 par le cabinet Jobboom révèle une statistique sans appel sur le site Parlons RH : les travailleurs français bénéficient du plus grand nombre de jours de congés… AU MONDE. Avec en moyenne 31,7 jours de vacances offerts par an (hors jours fériés), la France est loin devant d’autres pays tels que le Japon (12,5 jours/an), les Allemands (27,5 jours/an)…

Reprise du travail : les Français en décalage

Pourtant, contrairement aux idées reçues, les travailleurs français ne prennent pas l’ensemble de ces jours accordés par l’entreprise.

Les raisons ?

  • Souvent un zèle qui se transforme en présentéisme, une charge de travail trop conséquente, la crainte de la reprise…
  • Les travailleurs français prennent d’ailleurs l’habitude de cumuler les jours afin de partir longtemps en vacances d’été.
  • Avantage aux travailleurs plus âgés, qui prennent plus de congés que les plus jeunes.

Et pourtant, même si la générale semble aller contre, il est bien plus avantageux pour l’entreprise et le salarié de prendre congés régulièrement. Alors comment gérer ces allers-retours correctement ? That is the question.

Retour au travail : se poser en Chevalier Jedi et non en Stormtrooper

Pour te concentrer, fais le vide…

Précédemment sur Hub-Grade, nous avions publié un article muni de conseils pour bien gérer le départ en vacances et partir le cœur léger.

Le but : parvenir à VRAIMENT s’oxygéner l’esprit, avec le sentiment du travail accompli, se reposer, profiter le mieux possible des vacances et reprendre dans les meilleures conditions. On sait que dépendant de la période précédant les vacances, il peut être particulièrement difficile de maintenir le cap et rester productif.

Reprise du travail : be like a Jedi

Ainsi par exemple, lorsque les fêtes de Noël approchent, la course aux cadeaux, les préparatifs des fêtes de fin d’année, occupent considérablement l’esprit en plus d’être chronophage. Travailler de façon efficace à cette période peut s’avérer humainement impossible pour certains. Alors, au lieu de se transformer en Stormtrooper écervelé abattant bêtement des tâches ingrates à une période difficile pour se garantir suffisamment de jours cumulés au mois d’août, pourquoi ne pas choisir de faire une pause ?

… et sens la force

Bien sûr, tu auras bien suivi tous nos conseils pour partir en vacances l’esprit léger.

Tu auras pu maintenir un niveau d’attention et de concentration assez élevé pour continuer à répondre présent et organiser ton retour dans de bonnes conditions : planification des tâches, anticipation, préparation et bouclage des tâches à finaliser et à prévoir. Cette organisation de travail conditionne l’efficacité et réduit le stress lors de la reprise.

Bien gérer la reprise : conjuguer fraîcheur et efficacité !

Alors, comment gérer efficacement le comeback, sans être dégoûté trop vite ? Focus sur quelques bons conseils.

#1 – Prendre une bonne nuit de sommeil la veille

Premier conseil qui risque de plaire à beaucoup : rien de tel qu’une bonne nuit de sommeil avant de reprendre le travail ! Idéal pour recharger les batteries, être frais et disponible et entrer rapidement dans le vif du sujet.

Si pour les vacances, certains privilégient le repos et le farniente à outrance en été voir l’hibernation en hiver, d’autres surfent sur un rythme nettement moins calme. Ce qui n’est pas sans effet en définitive : le rythme de vie peut se retrouver décalé.

Reprise du travail : le sommeil

Les études menées sur l’impact du sommeil sur le travail sont toutes sans appel :

“le sommeil est essentiel à notre santé physique globale, à notre santé mentale et à notre bien-être général, mais il améliore notre rendement au travail…”

dit Arianna Huffington, spécialiste et auteur du livre “The Sleep Revolution”.

La reprise d’un rythme de vie normal (de sommeil, de nutrition et d’activité) est le gage d’une efficacité accrue au travail. Arriver reposé au travail permet ainsi la réduction du stress, et met dans d’excellentes conditions pour la reprise.

#2 – Reprendre progressivement, doucement… mais sûrement

“Rien ne sert de courir, il faut partir à point…” comme dit l’adage tiré de la célèbre fable (Oui, avec la tortue).

Il est normal d’avoir une cadence ralentie dès le retour, le tout est de ne pas rester sur ce rythme indéfiniment. Dépendant de la durée de la coupure durant les vacances (et les activités faites pendant celle-ci), une reprise efficace peut s’avérer plus ou moins difficile.

Reprise du travail : bien gérer le rythme de travail

Plutôt que de reprendre un rythme effréné et se retrouver rapidement usé, il est préférable de prendre une cadence progressive. Bien entendu, l’exécution simple, efficace et rapide des tâches est de mise. Mais rester productif dans la durée est bien plus important.

De ce fait, il est nettement préférable de reprendre le travail petit-à-petit, plutôt que de brusquer son retour et s’y remettre d’un seul coup.

 

#3 – Reprendre où on s’est arrêté avant les vacances

Voici un point qui peut sembler logique pour beaucoup, mais qu’on peut avoir tendance à oublier : une mission utile est une mission accomplie jusqu’au bout.

Après les vacances, les collaborateurs peuvent certaines fois revenir avec de nouvelles idées, orientations, pistes de réflexion etc.

Un travail inachevé avant les vacances se doit d’être terminé. Il peut devenir pénalisant à l’usure, notamment si le temps d’exécution envers celui-ci est rallongé.

Une productivité optimale consiste en l’exécution d’une tâche, son achèvement rapide et son perfectionnement dans le temps selon la possibilité d’amélioration.

Le brief avant de partir en vacances prend donc tout son sens, tout comme une reprise en crescendo. Ainsi le collaborateur traite efficacement les urgences, achève les tâches suspendues et se rend disponible pour les suivantes.

 

#4 – Travailler selon la matrice d’Eisenhower – Prioriser les tâches

Voici un sujet déjà abordé dans notre guide pour être productif au travail : la matrice d’Eisenhower.

Reprise du travail : la matrice Eisenhower

Il est néanmoins important de le garder en tête, dans le but d’être et rester efficace : la priorisation des tâches !

Elle permet de classer les actions, tâches et missions selon leur ordre d’importance et d’urgence. Cette classification pousse à déterminer s’il faut faire (urgent / important), déléguer (urgent / non-important), planifier (non-urgent / important) ou éliminer (non urgent / non-important).

 

#5 – No pressure : bien gérer son stress

Rien d’étonnant : quitter un environnement pour se retrouver dans un autre est toujours générateur d’angoisse et de pression. Surtout quand il s’agit du retour des vacances. Ce changement nécessite une réadaptation : il faut retrouver une routine, un bon rythme de croisière et des dispositions idéales pour travailler.

via GIPHY

Et ce dans un temps ni trop court (puisque cela génère une pression supplémentaire), ni trop long (puisqu’il faut répondre présent).

L’important est de relativiser et de bien gérer son stress. Lysanne Goyer, psychologue et auteur d’un article sur le site Geo Plein Air, relativise et dit :

“Il faut être patient avec soi-même et réaliser que le blues du retour est normal et passager”.

Et puis de toute façon, si vous avez suivi nos conseils et anticipé les tâches avant de partir en vacances, ça ne peut que marcher. 😉

#6 – Garder le cap en restant positif !

Voici une des clés les plus importantes : rester POSITIF !

Certes les choses ne se mettront pas en place d’elles-mêmes, le travail abonde, le timing se resserre… Mais un collaborateur est plus efficace motivé, reposé de ses vacances et prêt à en découdre dès lors qu’il est dans un état d’esprit positif.

Reprise du travail : être et rester positif

Contaminez vos collaborateurs de votre bonne humeur, de votre enthousiasme et reprenez le train en marche. Réappropriez-vous votre espace de travail, reprenez vos rituels… Et vous serez bientôt fin prêts à remettre les mains dans le cambouis, pour une saison de nouveaux challenges.